Sélectionner une page

29 Mai, 2018

Bientôt une école à énergie positive … avec des murs en terre!

Nanterre université : bientôt une école à énergie positive qui marque son ancrage dans le sol (le paysage) en utilisant la terre crue comme matériau de construction !
Rédigé par Pascal THOMAS, toa architectes associés
Le quartier de Nanterre Université change de visage sous l’impulsion d’un projet urbain et social d’envergure, et se transforme avec la création d’un nouvel écoquartier. Espace de vie et de respiration, ce lieu a été pensé pour offrir un cadre de vie agréable et naturel, laissant place à de larges espaces paysagers.

C’est au sein de ce quartier en pleine transformation – Nanterre Université – que le groupe scolaire Miriam-Makeba, se construit. 

L’établissement accueillera douze classes (7 élémentaires et 5 maternelles) et un centre de loisirs. Les travaux ont démarré en novembre 2016.

Préfigurer l’école de demain …

Les ambitions pour ce projet, telles qu’exprimées par la Mairie de Nanterre, sont que « l’établissement réponde aux dernières normes environnementales, l’objectif étant de réaliser un bâtiment à énergie positive. Une démarche de haute qualité environnementale a également été demandée à l’architecte » comme le précise la Mairie.  « Pour cela ont été ciblés le confort acoustique et thermique, la qualité de l’air et une bonne gestion de l’énergie. »

Ce projet, qui a été dessiné par toa architectes associés, est une école à énergie positive, peu énergivore, mais pas uniquement …  La vision insufflée sur ce projet a conduit à des choix novateurs comme celui d’utiliser de la terre crue pour la construction des murs !

Une école à énergie positive

Cette performance énergétique est atteinte grâce à une alchimie raisonnée entre conception bioclimatique, insertion dans le site et confort d’usage, accompagnée de choix techniques favorisant des systèmes performants.

La réflexion sur l’école à énergie positive nous a poussés, en tant qu’architectes, à faire des choix d’implantation permettant de bénéficier au maximum des apports solaires.

Ainsi, orientées au sud pour être baignées de lumière, la plupart des salles à occupations permanentes profitent au maximum des apports solaires passifs. De larges ouvertures (baies, patios) permettent un bon accès à la lumière naturelle et aux apports solaires en hiver, et profitent de protections solaires adaptées afin d’éviter la surchauffe des locaux en été. La verrière positionnée au-dessus du mur intérieur en pisé, augmente la captation de lumière et de chaleur, et amplifie sa restitution grâce à l’inertie thermique de la terre crue (pisé).

Un principe de mur trombe individualisé pour certaines salles de classe (système de ventilation auto-adaptatif en fonction des saisons) permet à mi-saison de se passer du double flux et de basculer en ventilation naturelle traversante dans les salles. L’air préchauffé entre les nacos et le mur, entre dans la salle par un ouvrant dédié et ressort par une cheminée, par extraction naturelle. (cf schéma)

Pour réduire les besoins en énergie le projet a été travaillé dans son plan masse, sa volumétrie et sa façade. Les solutions techniques retenues permettent ensuite de minimiser les consommations.

Un chauffage 100% par énergie renouvelable

La production de chaleur (chauffage des bâtiments, eau chaude sanitaire) est assurée à 100% par énergie renouvelable. Nous avons fait le choix d’une chaufferie bois équipée de deux chaudières bois alimentées par granulé. Les granulés sont stockés dans un silo dimensionné pour couvrir les besoins annuels afin de limiter les livraisons aux périodes de vacances scolaires.

La TERRE pour matérialiser l’ancrage au sol et le rapport au paysage !

L’originalité du projet repose sur l’utilisation de la terre crue (pisé) pour la construction des murs, ce qui est une première en Ile-de-France !

La réflexion sur l’école à énergie positive nous a en effet conduits, guidés par une approche bioclimatique visant à optimiser les qualités intrinsèques du bâti, à étudier et proposer des solutions nouvelles en termes de matériaux.

Ainsi, outre l’utilisation extensive de matériaux biosourcés (Isolant de type laine de houâtes de cellulose côté intérieur, en complément de l’isolant laine de roche utilisée en remplissage / Menuiseries extérieur bois-alu / Cloisons bois type mélèze), nous avons fait le choix d’intégrer la terre crue comme matériau de construction. Les murs d’enceinte du groupe scolaire (murs de clôture de l’établissement et des cours intérieures) ainsi que les murs intérieurs du couloir desservant les salles de classe au rez-de-chaussée et au 1er étage, seront en terre crue.

Pourquoi la terre ? Parce qu’elle matérialise l’ancrage au sol et une reconnexion à la Nature.

La terre crue est un matériau naturel pourvu de multiples qualités. Comme le bois, la pierre ou les fibres végétales, la terre crue (ou pisé) a de formidables vertus écologiques. Ne nécessitant pas de cuisson et pouvant être sourcé localement, ce matériau de construction affiche un faible bilan carbone. Sa densité élevée lui confère une forte inertie thermique qui permet de réguler les écarts de température. Elle a également comme spécificité, de réguler l’hygrothermie de l’air intérieur ce qui participe au confort de vie dans les salles.

Par ailleurs, son esthétique et sa minéralité sont uniques. Dans ce projet nous avons souhaité la mettre en scène. Par jeu d’ombres et de lumières, de micro perforations, les murs en pisé des cours intérieures du groupe scolaire s’animeront au grès des éclairages laissant place, sur la façade Sud, à une sculpture minérale !

Une toiture où le végétal s’invite pour créer un espace bucolique et pédagogique

Notre vision de l’architecture urbaine et de son rapport au paysage, nous incite depuis toujours à mettre en scène le végétal afin de lui redonner une place pleine et entière au sein des espaces urbains. (lire l’article: 2004, Les premiers jardins sur les toits de Paris). Tantôt jardins cultivables, tantôt espace paysager, le végétal s’invite aussi sur les toits.

La toiture terrasse du groupe scolaire, par son caractère de 5ème façade vis-à-vis des avoisinants, a fait l’objet d’une étude intégrant à la fois les panneaux photovoltaïques et les procédés de végétalisation extensive favorable au développement d’une biodiversité d’ensemble.

Futur terrain d’éveil et d’apprentissage pour les enfants … cet espace bucolique se veut être une invitation à la découverte et une source d’inspiration pédagogique !

L’école étant un lieu d’apprentissage et de partage, la qualité et la performance environnementale du bâtiment mérite une acquisition pédagogique par les enfants.

Chaque projet est une nouvelle création permettant d’ouvrir le champ des possibles, d’insuffler la vision qui guide notre réflexion sur la ville de demain, celle d’une architecture durable qui donne corps à des utopies, ancre dans la réalité une vision nouvelle du mieux vivre ensemble, et propose une reconnexion à la Nature, source inépuisable de bien-être et de sens …

Pascal Thomas, ARCHITECTE D’ENSAIS / toa architectes associés

Pin It on Pinterest

Share This